SES
 
BIENVENUE BIOGRAPHIE AUTEURS POLITIQUES MEDIAS REPERES TEMOIGNAGES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                              AUTEURS  A-F

 

 

 

 

* Annie FRANCOIS (éditrice au Seuil, écrivain) : " j'ai dit que ma mère, pour parer les risques d'une hypothétique crise mystique, m'engagea à treize ans à lire le Voyage au bout de la nuit. Pas question d'entrer dans les ordres, ni religieux ni maternels. je déclarai Céline tricard. Ayant quitté fort tardivement le domicile parental, ce n'est pas avant vingt et un ans que je me suis offert le luxe d'entamer le Voyage. Fiasco. Fiasco total. Or, mes nouveaux amis (de gauche) étaient aussi jusqu'auboutistes que ma mère (de droite). La pression était si forte que je jurai de ne lire Céline que si on ne m'en parlait pas pendant trois mois.

  A trente ans, je n'y tins plus. Après tout, nul n'est obligé d'honorer un pari imbécile engagé avec soi-même. Je repris le Voyage. Fiasco. A quarante ans, au cours d'un dîner avec mes meilleurs amis, je leur dis que s'ils m'aimaient et aimaient tant le Voyage, ils n'avaient qu'à me l'enregistrer. Ils se défilèrent. Pour mes cinquante ans, François organisa une sublime fête chez Armelle. Après que j'eus soufflé les bougies, chacun me remit une cassette où il avait lui-même enregistré un passage du Voyage. A cela près que François, peu directif, n'ayant donné aucune consigne, j'ai évidemment cinq fois l'arrivée à New-York ou la scène de l'avortement. J'ai donc une soixantaine de cassettes. Je n'ai toujours pas lu le Voyage au bout de la nuit. Je l'écoute. "
 (Bouquiner, Seuil 2000).