SES
 

 

 

 

 

 

 

                                                                                             AUTEURS G-L

 

 

 


 

* Herbert R. LOTTMAN (écrivain et journaliste américain , vit à Paris depuis 25 ans): " L'iconoclaste Céline, à l'écart de tous pendant les années trente, presque aussi éloigné de la droite que de la gauche, nia dans Bagatelles pour un massacre que son voyage en URSS lui eût été offert. " J'ai tout payé de mes clous... de mon petit pognon bien gagné, intégralement : hôtel, taxis, voyage, interprète, popote, boustif... " En effet, les Soviétiques lui devaient encore de l'argent - deux cents roubles de droits d'auteur.

 Mais, en avouant qu'il avait dépensé l'argent gagné, Céline révélait sans s'en rendre compte qu'il avait, lui aussi, bénéficié du traitement de faveur que réservaient les Soviétiques à ceux qu'ils désiraient cultiver. Dans la situation qui régnait alors, les Soviétiques ne payaient rien aux auteurs traduits, à moins qu'il ne s'agît de personnalités à " conquérir ". Au vrai, Céline s'était rendu là-bas en 1936, à l'invitation du gouvernement soviétique, afin d'y dépenser des droits qui lui furent payés en devises non exportables. Le camp soviétique avait tout simplement fait, dans son cas, un mauvais calcul. "
 (
La Rive gauche, Seuil, 1981, p.92).