SES
 
BIENVENUE BIOGRAPHIE AUTEURS POLITIQUES MEDIAS REPERES TEMOIGNAGES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                              ECRIVAINS

 

 

 

 

 * Paul AUSTER (écrivain américain) : Ce n'est " pas une bonne idée " de mettre à l'écart les écrits " épouvantables " de Louis-Ferdinand Céline a déclaré vendredi l'écrivain américain Paul AUSTER, après l'annonce de Gallimard de suspendre la réédition des pamphlets antisémites. Faut-il publier de nouveau Bagatelles pour un massacre et d'autres pamphlets antisémites comme l'envisageait Gallimard ? " Je ne sais pas, peut-être, ils étaient partout, et je crois, oui, finalement " a déclaré Paul AUSTER en français, sur France Inter.

 " Parce c'est un grand écrivain, un grand écrivain qui a fait des erreurs de jugement, mais je crois qu'il faut comprendre tout sur lui, et de supprimer ces écrits, ce n'est pas une bonne idée, même si c'est choquant et dégoûtant ", a ajouté l'écrivain, qui recevait le prix du livre étranger France Inter/JDD.
 " C'est un écrivain que j'aime beaucoup, surtout ses romans bien sûr ", a-t-il ajouté, qualifiant Bagatelles pour un massacre et d'autres textes d' "épouvantables ".
 (Le Point.fr, 12 janvier 2018).

 

 

 

 


* Boualem SANSAL
(écrivain algérien d'expression française) : " Les interdictions sont comme les balles, elles ricochent partout et parfois reviennent sur ceux qui les ont tirées. Les livres de Céline ne vont ni augmenter ni diminuer l'antisémitisme. Le Céline des pamphlets ne vaut pas le coup de risquer de ruiner cette chose miraculeuse qu'est la liberté d'expression, dont la liberté d'édition est le vecteur et le levier. " Il faut faire attention, interdire un livre, c'est le début du processus qui mène à l'autodafé, rappelons-nous le passé, les pogroms étaient tous précédés ou suivis de gigantesques feux de joie...

  Le drame serait que Gallimard revienne sur son projet d'édition des pamphlets. On verrait bientôt déposer chez les éditeurs des listes de livres à interdire. Non, Gallimard ne peut pas se permettre de reculer. "
 (BibliObs, 8 janvier 2018).