ECRIVAINS

 

 

 

             

* Philippe SOLLERS : " Céline... Grandiose. Admirable. Un des grands regrets de ma vie est que nous lui avions téléphoné et qu'il nous avait proposé d'aller le voir. J'aurais dû sauter dans un taxi ! Ce qu'il est intéressant de souligner, c'est que le tabou sur Céline est en cours de décomposition.

Que n'ai-je pas entendu lorsque j'ai préfacé les lettres à la NRF de Céline en 1991 ! Il faut publier une autre Pléiade pour les lettres de Céline, épistolier de génie. A quoi comparer sa correspondance en intensité, en électricité, en verve ? A celle de Voltaire. De Voltaire à Céline, le français est vivant. Pour ceux qui souhaitaient définitivement enterrer Céline, c'est raté. " 
(
Magazine des Livres n°9, 2008)