BIENVENUE BIOGRAPHIE AUTEURS POLITIQUES MEDIAS REPERES TEMOIGNAGES

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

CONTROVERSES

 

 

 CELINE A KRANZLIN - LE TEMOIGNAGE D'ASTA SCHERZ.

 Après avoir quitté Montmartre le 17 juin 1944, Céline et Lucette Destouches sont installés à Baden-Baden dans le Brenner's Park hotel. Souhaitant gagner le Danemark au plus vite, ou du moins, se rapprocher de la frontière, Céline accepte l'offre du docteur Hauboldt, qui leur propose un hébergement dans le château des Scherz, situé en Prusse, à 60 km au nord de Berlin.
  D'août à octobre 1944, Céline, Lucette et Robert Le Vigan passeront plusieurs mois chez les Scherz, avant de rejoindre le dernier gouvernement de Vichy, qui venait d'être installé à Sigmaringen par les Allemands. Ces mois passés dans le château prussien fourniront la trame principale de
Nord, le dernier roman publié par Céline de son vivant.
  Mais au moment de sa rédaction, Céline n'avait même pas pris la peine de masquer les noms de ses anciens hôtes, les croyant décédés peu après l'arrivée de l'Armée rouge. En 1962, soit un an après la mort de l'écrivain, Asta Scherz, bien vivante, découvre le roman de Céline, et porte plainte. Le correspondant allemand de
Paris-Presse
(1) l'interroge sur le séjour du docteur Destouches dans son château.

  " J'irai à Paris, s'il le faut, pour connaître les résultats de mon action en justice ", nous dit Mme Asta Scherz, 60 ans, dans son petit appartement du 11, Goertz Allee, à Berlin. Elle est décidée à faire le maximum pour sauver l'honneur de sa famille. Elle a remis entre les mains de son avocat, le Dr Fromm, une plainte en diffamation contre les Editions Gallimard qui publièrent Nord, de Louis-Ferdinand Céline, dans lequel Mme Scherz s'est reconnue.
  " C'est en lisant une critique de Maurice Nadeau dans un journal français que j'ai appris l'existence de ce livre, nous a dit Mme Scherz. J'ai acheté Nord à la librairie française de Berlin-Ouest et je me le suis fait traduire. C'est alors que j'ai vu que ce M. Céline avait écrit sur moi et sur ma famille de véritables horreurs. "

  En 1944, fuyant précipitamment le territoire français sur les talons de la Werhmacht en déroute, Céline et son ami le comédien Le Vigan s'étaient retrouvés en Allemagne, dans le domaine de la famille Scherz, dans la province de Brandebourg.
   " Il habitait dans la ville du domaine, raconte Mme Asta Scherz. Il vivait sous son vrai nom, le docteur Destouches. Je l'ai vu, en tout, trois fois pendant son séjour. Il n'a jamais eu aucune relation avec ma famille. Il ne s'entretenait qu'avec trois prisonniers français, dont l'un était notre jardinier. Ce monsieur est resté dans le domaine d'août à octobre 1944. Nous ne nous sommes jamais adressé la parole, d'une part, parce que je ne connais pas un mot de français, d'autre part, parce que ce personnage ricaneur nous faisait à tous l'effet d'un charlatan. "

 Peu après, Céline partait pour la Suède [sic, pour le Danemark], tandis que les Scherz, chassés de leur domaine, en 1945, par les Russes, se retrouvaient finalement à Berlin-Ouest.
  La famille Scherz avait possédé le domaine pendant cinq générations. Asta Scherz est la fille d'un général-major. Quant à son mari, il avait appartenu au parti national-socialiste, puis à la SA jusqu'en 1935, date à laquelle il fut frappé de poliomyélite. Il devint par la suite entièrement paralysé et c'est dans cet état que le vit Céline. Depuis, Eric Scherz est mort en 1949 d'un cancer à l'estomac, à l'âge de 60 ans. La famille est actuellement composée de Mme Asta Scherz, 60 ans, de son fils Udo, 23 ans, et de sa fille Anne-Marie, 30 ans.

  La famille Scherz avait presque oublié ce docteur français traqué, qui avait passé trois mois auprès d'eux sans leur parler, quand Asta Scherz eut sous les yeux une traduction de Nord. Les noms étaient à peine changés, mais les lieux étaient bien les mêmes, ainsi que les personnages.
  C'est ainsi que Mme Scherz se vit décrite sous le nom d'Isis Chertz, comme une demi-mondaine peu farouche qui tentait d'empoisonner son mari pour hériter du domaine.
 Quant au mari lui-même, il était présenté comme une sorte de demi-fou, tandis que le beau-père menait avec des prostituées polonaises d'effarantes bacchanales.
 " Je ne comprends pas ce qui a pu pousser cet homme à écrire ce livre affreux et à raconter ces choses sur nous, dit Mme Scherz. Il devait être fou, ce n'est pas possible ! "

  Asta Scherz vit maintenant très chichement dans un petit appartement meublé de deux pièces. Elle est secrétaire dans une entreprise. Son fils Udo est diplômé de physique et sa fille conseillère fiscale à Hambourg.
  " Vous savez, précise Mme Scherz, que Nord est interdit à Berlin et dans toute l'Allemagne ? Je ne sais pas encore quelle somme je vais demander comme dédommagement. Mon avocat la fixera. En tout cas, une première action sera engagée ici, à Berlin, le 1er juillet. "
 
 
(1): Anonyme, " L'aristocrate prussienne qui poursuit l'éditeur de Nord en diffamation : " Ce monsieur Céline a écrit des horreurs sur moi. Nous l'avons vu trois fois. Il avait l'air d'un charlatan ". Paris-Presse L'Intransigeant, 3-4 juin 1962.

 (David Alliot, Spécial Céline n°2, septembre-octobre 2011).