PERSONNAGES A-L

 

 

 

                 LOU MILLE-PATTES.

 Je commande un café... un autre... je reste tel quel... fixe abruti... Quelqu'un me fait des signes du dehors à travers les glaces... Je reconnais pas... je voyais pas bien... Ah ! c'est le nabot !... C'est LOU MILLE-PATTES... Il m'a repéré.
- Tu fais les gares ?... qu'il m'apostrophe... Il se marre de me voir là...
 Sa tête qu'arrive au rebord de la table... C'est presque un nain à vrai dire... Il a les jambes en cerceau...
- Dis-donc, ça va mal !... T'es pas au courant ?... On parle de toi au Leicester !... T'as pas lu le Mirror ?...
  Non, je l'avais pas lu... 
- Merde alors !... Donne-moi un penny !... Il sort... il me ramène le Mirror... Toute la page, la grande photo... Oh ! pardon ! la maison du vieux !... la tôle !... les décombres !... ça s'appelait " Greenwich Tragedy " en énormes lettres... la fumée... les ruines... les poutres... tout.

- Ah ! va chier, tu comprends rien ! Voilà ce qu'il conclut... On parle d'autre chose... Il était cuisinier chez Barbe lui dans Soho Square aussi " extra " à la Royale... comme ça il jouait les " syndiqués "... la position régulière !... mais surtout adroit le nain aux cartes !... Son vrai afur ! sa magie !... Ah, tout ce qu'il voulait aux jeux !... " Syndiqué " ! ses entrées partout... Il tutoyait tous les " Chefs "... tous les Clubs de Londres... Il leur montrait ses passes terribles... au poker ! au whist ! Tric-Trac ! invincible à tous les mélanges !... Pour ça qu'on l'appelait MILLE-PATTES... On le voyait pas entrer sortir... Une petite partie sur le pouce !... En avant messieurs ! Il amusait les entraîneuses... et toujours aimable, complaisant... et puis encore extra aux Courses ! ah là tuyauté comme un Pape ! vraiment comme personne ! Toujours trois " placés " au Derby !... pour le moins !... A Londres n'est-ce pas depuis 18 ans ! et des ronds de côté !... Réformé à cause de ses jambes, de ses manches de veste... jamais un jour de service !
- Mais j'ai pas les doigts réformés ! C'est ça qui compte dans ma partie !...
     Il se cache pas d'être intelligent. Il est terrible de ses doigts, d'un jeu il en fait dix ou douze comme ça sous vos yeux ! tellement il bat à la voltige !... Il joue qu'avec les clients, jamais avec les amis !... Ah ça non ! Hors classe !...

 (...) - Dis-donc, comment que tu m'as retrouvé ?... Je lui pose encore cette question...
- Comme ça tu sais... le hasard !... Je passais par là !...
  Ah ! là là ! que je pense en moi-même... attends mon petit bout ! mon hasard !
 Il est accroché à mon bras, il est tout petit... On avance... Il me raconte un peu les ragots comme ça cheminant... les nouvelles du Leicester... que y a encore deux hommes-carrés... Philippe et Julien... qu'ils ont rejoint eux à Dunkerque... qu'ils ont laissé encore deux filles... que le pognon radine à gogo... qu'Angèle savait plus où le placer... qu'elle avait déjà acheté quelque chose comme sept renards bleus et deux " trois-quarts " en zibeline... Que lui pour son compte MILLE-PATTES il allait pas traîner longtemps comme ça dans les cuisines des clubs !... Ah ! non par exemple !... même dans les brèmes à l'astuce !... Ah ! à d'autres... Ah ! plus du tout !... qu'il allait lui aussi se lancer... s'y mettre au tapin joli !... que c'était par les temps qui courent la fortune cinq secs ! Oh là là ! qu'il avait déjà vu Cascade à ce fier propos pour une petite sœur !... qu'il y en avait touché un mot... qu'il avait bien de quoi se la payer... Qu'il avait dit ni non ni oui... Une pas trop blèche qui se défende bien...

- Tu vas être petit comme maquereau !... tu vas te cacher sous le plumard !...
 Je peux pas m'empêcher de faire la remarque.
- Petit ! Petit ! qu'il sursaute !... Mais dis donc chnock ! Je peux pas en croquer comme un autre ? Ah ! Saloir ! Salut ! Puisque c'est la guerre !
  Ah ! là il tenait absolument !
- Le cul c'est le business !
 Voilà tout ! Et dans l'enthousiasme !... Il en gambillait sautillait comme ça tout loustic à mon bras à la perspective !... à l'avenir joyeux !...
- Cash ! et pas d'histoire !...
  (Guignol's band, Poche, 1970, p. 275).