LA MEDECINE

 

 

 

       

         LES PIQURES et... SOON BE OVER

   Clovis pour la contre-visite il se munissait d'une grosse lanterne, une énorme à l'huile, un " mail-coach ", quand on l'appelait au passage, il voyait mal, entendait bien, il arrivait tout près du lit, il les éclairait en pleine face, ça faisait un rond blanc tout autour, ça se découpait sur la nuit, la figure du bonhomme en peine. Il se penchait alors là tout contre, il leur parlait à voix basse : " Chutt ! Chutt qu'il faisait... Chutt ! mon ami ! Réveillez personne !... Je vais revenir immédiatement ! Je vous ferai votre petite piqûre !... Soon be over !... Soon be over ! Ca va passer !... A chaque souffrant les mêmes paroles... et puis de salles en salles... les étages... Soon be over ! Ca va passer !... C'était comme un tic chez lui.
 Il en faisait pas mal dans une nuit des piqûres et des piqûres !... chez les hommes et chez les femmes... Il était tellement miraux que je lui tenais sa lanterne tout contre... juste contre la fesse... qu'il enfonce net son aiguille... pas à côté ni de travers...
 Au bout d'une quinzaine de jours que je revenais voir la Joconde, on était devenus comme copains, c'est moi qui lui faisait ses piqûres, au camphre, à la morphine, à l'éther, l'usuel du courant, c'est lui qui me tenait la lanterne. Soon be over !... Soon be over !... la ritournelle. " Bientôt fini ! "

 Je les ai tout de suite bien réussies les piqûres avec ma patte folle, c'est automatique une patte folle, le malade sent rien... un souffle... C'est comme ça que j'ai débuté, un petit peu ainsi clandestin au " London Freeborn Hospital " avec le docteur Clodovitz dans la carrière professionnelle. J'ai appris à dire tout comme lui, tout de suite, partout, Soon be over ! Ca va passer ! C'est devenu comme une habitude, un tic, quelque sorte... Il s'en est passé de mille couleurs depuis le " Freeborn Hospital " ! de ci, de là, du bien, du mal, de l'affreux aussi c'est certain. Vous jugerez vous-même. Sans idées aucunes... arrêtées... simplement dans le cours des choses... c'est déjà beau !... Soon be over !...
 (Guignol's band, Folio, 1972, p. 128).