PERSONNAGES M-Z

 

 

 

               COMTESSE TULFF-TCHEPPE.

  Il nous présente à la comtesse TULFF-TCHEPPE... elle enfin ! on peut dire qu'elle s'est fait attendre !... on parle d'elle depuis trois mois !... elle ma doué ! c'est un pastel ! plus maquillée que le Landrat !... et bien plus de bijoux, trois sautoirs !... un face-à-main serti brillants... une haute canne " Régence " pommeau ciselé... perruque blonde, certainement moumoute... à gros chignon... la tragédie de toutes les femmes, peuple ou du monde, si elles se raccrochent elles font maquerelles... elles se laissent aller ?... dames patronnesses, plus bonnes qu'à pleurer, toiletter les morts... oh, que la Nature est sévère !...
 Cette dame, comtesse TULFF Von TCHEPPE n'est pas méprisante du tout, au contraire... comme elle est heureuse de nous voir ! ravie !... elle s'exclame !...
 " Vous ici !... français ! quel bonheur !... et tous les trois !... ma fille vous traite-t-elle convenablement ?... je veux savoir ! mon gendre est un pauvre infirme, vous le connaissez !
- Certainement, certainement Madame !
- Tout en votre honneur, chers amis français !... vous nous ferez le plaisir !... notre très modeste repas ! "
 Gloussante !

 En fait de modeste repas, je voyais de ces plateaux d'hors-d'œuvre et saumon fumé... poulets en gelée... caviar... et compotes de fruits... raviers de beurre... comme j'avais pas vu depuis le Brenner... qu'est-ce qu'ils allaient nous faire après ? très jolis ces plantureux repas, mais après ? au Cameroun je connaissais un peu c'était leur mystique, bien saouler ceux qu'ils allaient mettre à bouillir... peut-être ce qu'ils nous préparaient ces gens tout à coup si aimables ?   
 [...] Mais la comtesse TULFF-TCHEPPE est si heureuse de nous voir, pleine de mimiques et sourires qu'elle s'occupe plus du Landrat... toute à nous !... " alors nous arrivons de Paris ?... tous les trois ? et avec notre chat Bébert ? "
 " Oh oui ! oui ! Madame ! "
 Puisqu'elle a l'air si avenante, j'ai bien des questions à poser, je me risque... je lui demande, très respectueusement, si là-bas chez elle, le paysage ressemble à celui d'ici ? plaines ?... plaines ?...
 " Oh, plaines bien plus étendues cher Docteur !... très immenses, vous verrez ! trop grandes immenses, je vous assure ! je m'ennuie chez moi, mes amis !... je vous appelle : mes amis !... vous permettez ?
- Certainement Madame ! grand honneur !

 [...] Oh, pas question de refuser !... lui faisant un tel plaisir... je nous vois tous les trois en Poméranie ! bon !... bon !... qui vivra verra !
 " Oh, mais nous ne nous connaissons pas ! " C'est vrai, c'est exact !...
 En avant donc tous les souvenirs !... nous avons droit !... tous ! tous !... les plus exaltants ! la France !... Paris ! l'enchantement du Bois de Boulogne ! l'avenue des Acacias ! le Grand Prix... la bataille des fleurs... je réponds bien, je connais, je partage son enthousiasme... mais l'Elysée, je sèche, j'y étais pas !... le Président de la République... le grand bal de l'Opéra... le fête à Neuilly... là oh, je me retrouve... comme elle s'est amusée partout, Madame la Comtesse !... le Moulin Rouge donc !... le Ciel ! l'Enfer !... l'Abbaye de Thélème !... comment ?... pourquoi ? son mari, défunt le comte TULFF von TCHEPPE était président du Comité Léon-Bourgeois pour l'Allemagne du Nord... tout s'explique !... ah, M. Léon Bourgeois !... délicatesse ! éloquence !... elle en pleure !... les heures qu'elle a pu vivre là-bas !... ah, ce Paris !... le paradis !... partout !... partout ils ont été !... jusqu'aux Puces ! les petits achats si amusants, nous verrons là-bas, chez elle, en Poméranie ! bibelots !... portraits ! le comte raffolait des " Puces " !... nous verrions nous-mêmes ces souvenirs... là-bas un étage entier au château est meublé " à la parisienne "... certes, la comtesse connaît l'Europe ! toutes les grandes villes !... et les villes d'eaux !... villes acceptables, résidences possibles... mais pour vraiment vivre, joie de vivre, une seule ville !... nous étions parfaitement d'accord !... prêts à pleurer avec elle... pas tout à fait les mêmes raisons... enfin presque...
 (Nord, Folio, 1991, p. 372).