BIENVENUE BIOGRAPHIE AUTEURS POLITIQUES MEDIAS REPERES TEMOIGNAGES REGARDS

 

 

 

 

 

 

 
 

 

                                                                                    

                                                                                                 ACTUALITES - INFOLETTRES

 

               POUR RECEVOIR L'ACTUALITE CELINIENNE AU TRAVERS  D' UNE INFOLETTRE BIMENSUELLE, VOUS DEVEZ COMMUNIQUER VOTRE EMAIL A                                                                                               
                                                                                                    mouls_michel@orange.fr
   

                                           EN ATTENDANT, VOUS POUVEZ TELECHARGER CI-DESSOUS LES ANCIENNES ET LIRE UN EXTRAIT DE LA DERNIERE
 
                                                                                
  

 

ANNEE 2018
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
                            31 Info 01  6  Info 02 3  Info 04 15  Info 07 13  Info 09
                                20  Info 03 18  Info 05 28  Info 08 28  Info 10
                                    33  Info 06        
                                               

 

ANNEE 2019
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
3  Info 11 13  Info 14 14  Info 16 11  Info 18 9  Info 20 6  Info 22 1  Info 24 8 Info 27 5  Info 29 3  Info 31 9  Info 34 12  Info 37
17  Info 12 27  Info 15 28  Info 17 25  Info 19 23  Info 21 19  Info 23 11  Info 25 22 Info 28 19  Info 30 17  Info 32 14  Info 35 26  Info 38
30  Info 13                     25  Info 26         31  Info 33 28  Info 36    
                                               

 

ANNEE 2020
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
9  Info 39 6  Info 41 5  Info 43                                    
23  Info 40 20  Info 42 19  Info 44                                    
                                               
                                               

 

CELINE EN PHRASES

 

 

 


CINEMA

 

 

 

 
 Quand il s'agit de CELINE, Adèle HAENEL

 


 Dans une interview donnée à Télérama en 2014, l’actrice déclarait que Louis-Ferdinand Céline était son “ auteur préféré ”.
  Le 28 février, à l’annonce du prix du meilleur réalisateur remis à Roman Polanski, la stupeur a frappé la salle Pleyel, où se déroulait la cérémonie des César. La maîtresse de cérémonie, Florence Foresti s’est dit « écœurée » par un tel choix, et l’actrice Adèle Haenel a décidé de quitter les lieux, en criant sa « honte ». Honte de voir remettre un prix récompensant une œuvre artistique à un réalisateur accusé et condamné pour viol. 

 

sait très bien séparer l'œuvre de l'artiste...

 

 

Seulement, dans une interview donnée à Télérama en 2014 en marge du Festival de Cannes, la même actrice, alors âgée de 25 ans, semblait plus encline à séparer l’œuvre de l’artiste.

  Au journaliste qui l’interrogeait alors, elle déclarait : « J’aime beaucoup Louis-Ferdinand Céline. Enormément. C’est, je pense, maintenant, mon auteur préféré ».   Elle était alors capable de faire la différence entre Céline le romancier, et Céline l’antisémite.

 

 (valeursactuelles.com / mardi 3 mars 2020). 

 

 




NONFICTION
Littérature

L'éventail des sensations
par Maryse EMEL
12 mars 2020

 

 

 

   LE NAVIRE ARTHUR

 

 

  Historique au début, le livre présente deux graves épidémies : le scorbut sur le navire Arthur qui décime l'équipage et le transforme en vaisseau fantôme et la peste dont Adrien Proust, médecin et père de Marcel Proust, établira un lien de cause à effet à partir de son propre crayonnage d'un tableau de Nicolas Poussin où figurent des rats. Ces deux exemples sont d'abord l'occasion de présenter l'hygiénisme qui se développe au XIXe siècle. Il produira des dérapages eugénistes et antisémites où Céline occupe le premier rang. Pour Gérard Macé, Louis-Ferdinand Céline n'était qu'un charlatan nombriliste, un pseudo écrivain. Il portait la crasse sur lui comme en miroir de ses convictions. Il s'était donné les apparences d'un clochard, de médecin des pauvres, de persécuté. Tout en lui n'est que faux-semblants et élan morbide.
 

    « Merde à Céline »
 

  La Société des Nations lui donna un rôle dans la section hygiène. Ce nombriliste, rajoute l'auteur, en voulait aux Juifs de lui prendre sa place de grande victime de l'histoire. Et Gérard Macé de rajouter qu'il n'était même pas ce grand romancier que l'on évoque pour passer outre l'injustifiable appel au meurtre de ses pamphlets. L'écrivain dénonce « ce faux style parlé qui assimile le langage populaire à de la vulgarité », ou encore ces « hoquets », « les points de suspension, d'exclamation qui deviendront des     " tics ". « Un charlatan » qui entreprend de salir le langage : « le propre est le sale, et si cette inversion est possible, c'est que la propreté est dangereuse ». Céline est attiré « par la boue, le vomi, la pourriture et la merde » . Son projet est de corrompre, de salir une langue, le français qu'il juge figé, décanté. Le vaisseau fantôme, le navire Arthur, c'est aussi ce qui reste du langage lorsque la peste ou le choléra s'abattent sans crier gare : la mort.

 
 Libre à Gérard Macé d'écrire de tels propos mais je ne peux, ici, m'empêcher de communier avec ceux d'Eric Mazet intervenu dans Actualités céliniennes :
 " Ce Macé a-t-il écrit une page qui vaille une page de Voyage ou de Mort à crédit ? Ca se saurait ... Il me rappelle Vadius et Trissotin... Il en est presque drôle. "

 

 

 



SEMMELWEIS - CELINE

 

 

 

       France CULTURE
             
  Le direct
 
 
CORONAVIRUS : victoire posthume de Semmelweis
 
  Est-ce que vous vous êtes lavés les mains ?

 

 
  Le Covid accompagne le retour en force d’Ignace Philippe Semmelweis, médecin obstétricien hongrois du XIX e siècle, lequel a beaucoup fait pour l’espèce humaine, en obligeant ses semblables à se laver les mains.
 C’est ça l’intérêt du Covid : maintenant je peux vous demander sans passer pour un type un peu étrange si vous vous êtes lavé les mains… Lave toi les mains, ne dis pas bonjour à la dame, jette moi ce mouchoir, nous sommes tous devenus des parents, je veux dire des parents avec des gens qui ne sont manifestement pas nos enfants. Les délires les plus hygiénistes ont désormais complètement droit de cité. Tout ce que vous aviez rêvé de faire parce que vous trouvez vos contemporains sales — si vous avez envie de serrer la main avec des gants, de ne pas faire la bise, d’attraper les boutons de porte avec des lingettes désinfectantes — tout ceci est désormais licite. L’amour au temps du choléra, je ne sais pas très bien ce que c’était, mais l’amour au temps du Covid, c’est remplacer l’alcool par de la solution hydro alcoolique, ne pas enlever son masque et éventuellement s’effleurer le coude.
  
  Le destin de Semmelweis fut d’être un Galilée du savon


  L’épidémie de coronavirus va faire sensiblement progresser la pathologie du lien, autrement dit la capacité de se méfier de l’autre, voilà la libération de la parole, la libération de la parole en matière de névroses hygiénistes. Le Covid accompagne le retour en force d’Ignace Philippe Semmelweis, médecin obstétricien hongrois du XIX e siècle, lequel a beaucoup fait pour l’espèce humaine, en obligeant ses semblables à se laver les mains. C’est que l’on doit à Semmelweis : l’éradication de la fièvre puerpérale. Ce médecin avait découvert qu’il fallait se laver les mains après avoir procédé à une dissection de cadavre et avant de se livrer à un accouchement. Mais, hélas, le destin de Semmelweis fut d’être un Galilée du savon, je veux dire qu’il fut persécuté pour ce conseil étrange, il mourut à l’asile pour avoir suggéré à ses contemporains de se laver les mains…
  Et qui pris la plume quelques années plus tard pour défendre cet homme ? Louis Ferdinand Céline, romancier mais aussi médecin, Céline consacra sa thèse de médecine, en 1924, à la vie et à l’œuvre de Semmelweis, ce qui évidemment n’arrange pas la mémoire de Semmelweis, je m’en voudrais de franchir le point Céline avant 7 h du matin.
L’épidémie de coronavirus marque une nouvelle victoire posthume de Semmelweis : l’idée que le salut de l’espèce passe désormais non seulement par le savoir, mais aussi et surtout par le savon.

  09/03/2020
(L’humeur du matin par Guillaume ERNER)
 

 

 


CELINE CHEZ BOURDIN
Rare...

 

 

 

                   RMC
    Emissions Bourdin Direct
  " Expliquez-nous " : L'inventeur du lavage de mains enfin réhabilité

 

 
  Face à l'épidémie de Coronavirus, le meilleur rempart reste le lavage des mains. Dans le monde entier, les autorités sanitaires nous encouragent à nous laver les mains plusieurs fois par jour. Une pratique inventée au milieu du 19e siècle par un médecin hongrois qui a été pris pour un fou.

  Ça se passe dans les années 1840 en Autriche. À l'hôpital de Vienne, les naissances ont lieu dans deux pavillons. Celui du docteur Klein qui travaille avec des étudiants en médecine et celui du docteur Bracht qui travaille avec des étudiantes sage-femmes. Sans que l’on sache pourquoi, il y a deux fois plus de femmes qui meurent en couche dans le premier pavillon que dans le deuxième.

Un médecin d’origine hongroise, Philippe Ignace Semmelweis suggère de faire une expérience. Les étudiants en médecins et les sages-femmes échangent leur poste. Et on s'aperçoit que désormais, c’est l’autre pavillon qui a le plus de mort. Ce n’est donc pas lié au lieu, ni au chef de service, mais bien aux étudiants en médecine. Le docteur Semmelweis décide de les observer. Il s'aperçoit que souvent ils s’entraînent aux opérations sur des cadavres en salle de dissection puis ils vont accoucher les femmes sans s'être lavés les mains. Bon sang, mais bien sûr, il suffirait que les accoucheurs se lavent les mains pour sauver la vie de nombreuses femmes.

Mais cette découverte n’a pas fait l’unanimité. Loin de là, parce qu’on ne sait pas encore ce que sont les microbes. C’est Pasteur qui va les découvrir et les observer au microscope 25 ans plus tard. Semmelweis n’a que l’intuition des microbes. Il parle de particules invisibles et potentiellement mortelle qui se trouveraient sur les cadavres que manipulent les étudiants en médecine. Mais il est incapable de prouver ce qu’il dit. Et les médecins détestent l’idée qu’ils puissent eux même être responsables de la mort des femmes qui accouchent.

Le jeune Hongrois est pris pour un fou. Il est viré deux fois de son hôpital. Il retrouve du travail à Budapest où on le prend à condition qu’il arrête de parler de son obsession de se laver les mains. Il revient à Vienne, toujours ostracisé et méprisé. Il écrit à toutes les académies de médecine d’Europe.

Espérant être mieux compris à l'étranger. Mais ce n’est pas le cas. Personne ne le prend au sérieux. Il boit de plus en plus. Il fréquente les prostitués. Un de ses meilleurs amis finit par l'amener à l’asile de fous soit disant pour visiter un nouveau service, mais c’est un piège. Il tente de s’enfuir. Il est rattrapé par des infirmiers. Frappé, mis sous camisole de force et enfermé. Finalement, il va mourir à 47 ans, d’une infection après s’être coupé à la main…

     Réhabilité par Céline

Mais aujourd’hui il a été réhabilité. Il est considéré comme le père de l'asepsie. C’est-à-dire la lutte contre les microbes. Pasteur le premier l’a reconnu comme un maître. Louis Pasteur qui ne serrait jamais la main de personne.

A Budapest aujourd’hui la fac de médecine porte son nom. Et on a aussi donné son nom à une théorie : le réflexe de Semmelweis, c’est la tendance qui consiste à rejeter une nouvelle théorie parce qu’elle bouscule des idées reçues. Ça concerne les médecins, mais pas que…

Un autre médecin a participé à sa réhabilitation : le docteur Louis Ferdinand Destouche qui a fait sa thèse de médecine sur lui en 1924. Avant de devenir plus connu comme écrivain sous le nom de Louis Ferdinand Céline. Céline comme médecin était obsédé par l'hygiène et par une phobie des microbes. Comme écrivain, il sera obsédé par sa phobie des Juifs, en employant les mêmes termes. Mais c’est une autre histoire.

 

   Nicolas Poincaré 

 

 


BULLETIN CELINIEN

Son directeur communique

 

 

Cher Abonné,

 

En raison des mesures de confinement prises par les gouvernements belge et français (le BC est essentiellement posté à Lille), le numéro de mars ne peut être expédié actuellement. Vous le recevrez dès qu'il sera possible de le confier aux services postaux.

 

Vous trouverez ci-joint le bon de commande qui est joint à ce numéro :
 

  https://drive.google.com/open?id=15FvKlIKOr_2rT-BimQhtNkbcNiCYePr-

 

  Il vous propose les deux livres de Henri Godard, largement consacrés à Céline, qui viennent de paraître.

 

Vous remerciant de votre compréhension et en vous souhaitant force et courage en cette période difficile,

 

Cordiales salutations,

 

Marc Laudelout